Pourquoi publier en français est un tourbillon d’émotions…

Mon premier livre en français « Un Eté Pas Comme Les Autres »  va sortir le 8 mars 2016.

ASLNOFRENCH.jpg

Il enchaîne les conquêtes. Elle est la sœur de son meilleur ami.
Ils ne devraient pas être ensemble. Mais cet été, la tentation est trop forte. 

iTunes preorder

Et je dois avouer que c’est un vrai tourbillon d’émotions.

Pourquoi ? Pour plusieurs raisons…

  1. Je n’écris pas en français…je ne l’ai pas traduit moi-même…pas toujours facile à accepter

Au cours des deux dernières années, j’ai reçu beaucoup de questions concernant la publication de mes livres en français, me demandant pourquoi je n’écris pas en français, pourquoi je ne traduis pas mes livres en français…

Une partie de moi souhaitait le traduire moi-même. J’ai essayé de le faire avec mon livre Un Seul Rêve et je sais que j’ai fait beaucoup d’erreurs. Ce livre-là est actuellement avec ma famille pour correction et cela m’a pris énormément de temps pour le traduire. Et je me suis rendue compte que cela n’est peut-être pas une bonne solution pour moi.

Mais cela reste dur à accepter. Apres tout, je suis française, ma langue maternelle est le français. Il y a des années, j’écrivais en français pas en anglais. Je rêvais de publier un livre, de publier des livres, de devenir un écrivain.

Mais honnêtement, cela fait maintenant 15/16 ans que je n’habite plus en France ou dans un pays francophone. Wow, quinze, seize ans…le temps passe à une vitesse incroyable. Et écrire en anglais me vient plus facilement. Ce n’est pas facile à admettre mais c’est la vérité.

  1. Trouver un traducteur/une traductrice

Trouver quelqu’un pour traduire mes livres en français ne fut pas facile. Je suis un peu difficile parce que je souhaite vraiment que la traduction capture le style et la voix de mes protagonistes. Et cela est très subjectif. Dès que j’ai lu le début de la traduction d’Edith, je n’ai eu aucune hésitation. Je suis tombée sous le charme de sa traduction et j’avais comme un sentiment que c’était exactement ce que je cherchais.

Je n’ai aucune envie de répéter la chorégraphie d’un ballet. C’est pourtant ce que je devrais faire. Je monte en demi-pointe pour esquisser un relevé.

Je n’ai plus envie d’être Emilia Moretti – danseuse classique de seize ans qui répète chaque mouvement jusqu’à la perfection, de manière quasi-obsessionnelle. Mes genoux se fléchissent au-dessus de mes pieds et je descends en plié.

Je n’ai plus envie d’être cette jeune fille qui crie sur tous les toits qu’elle s’en fiche d’avoir été adoptée, mais qui essaie de retrouver ses parents biologiques en douce.

Je remonte sur la pointe des pieds.

Je n’ai plus envie de penser à Nick, le meilleur danseur de L’École des Arts de la scène (et le meilleur ami de mon frère), dont je suis désespérément amoureuse. Je veux danser pour tout oublier.

  1. La peur de publier en français

Publier dans ma langue maternelle est angoissant. Bon, il est vrai que publier dans n’importe quelle langue est angoissant et passionnant tout à la fois.

Ma famille et mes amis qui ne lisent pas l’anglais vont pouvoir lire mes livres…et s’ils les lisent, qu’est-ce qu’ils vont en penser ? Et puis il y a aussi une autre question : et s’ils ne lisent pas mes livres ?

Beaucoup de questions…

  1. La peur de ne pas rentrer dans mes frais.

Publier un livre soi-même coûte de l’argent. Faire traduire un livre coûte de l’argent. Pour l’instant je n’ai que 5 précommandes de mon livre sur Amazon (le système KDP avec lequel je publie me permet de voir combien de personnes ont précommandé mon livre). Et pour pouvoir rentrer dans mes frais, je dois vendre au moins 250 eBooks…donc pour l’instant ce n’est pas gagné.

Si je ne rentre pas dans mes frais, je ne peux pas continuer à investir dans des traductions…donc je me mets peut-être un peu beaucoup la pression sur ce point là.

  1. Se rendre compte qu’au moins un de mes livres va être disponible dans ma langue maternelle 🙂

Même si j’angoisse, je suis vraiment impatiente de voir mon livre sortir. J’ai adoré écrire l’histoire de Nick et d’Emilia et je croise les doigts pour que vous les aimiez aussi 🙂

Et comme toujours, je suis très reconnaissante à mon mari, ma famille, mes amis qui continuent de m’encourager ! Merci !

 

3 Comments

  1. Soooo…. I do understand it but I can’t respond in French 😉
    I can only imagine how hard it is to find a translator that works for you. – I could never write a whole novel in German (my first language) but at the same time, I know I’m going to be so bossy with the poor sould who will (one day, hopefully) translate one of my books to German.
    I wish you the best of luck with your first novel in French! Ca va être un succès!

  2. C’est étrange, moi je ne lis presque qu’en anglais, je trouve les traductions de l’anglais au français souvent peu avantageuses. Ce qui paraît naturel et fluide quand je lis en anglais parait des fois maladroit en français. j’imagine donc la difficulté de trouver une traduction satisfaisante, qui ne dénature pas le récit. J’ai adoré “a summer like no other”, et l’extrait publié dans cet article a l’air de rendre juste à l’original 😀!
    Bonne chance pour cette aventure dans la langue de Molière !

Comments put a smile on my face :-)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: